Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu outils | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Recherche

Accueil  >  Environnement  > Des gestes grandeur nature

Des gestes grandeur nature

 
Des petits gestes pour protéger notre avenir

Chacun de nous peut, de son côté, participer à la protection de l’environnement. De petits gestes, apparemment anodins, peuvent avoir des conséquences insoupçonnées.

Une petite précision : les conseils que nous donnons ici sont valables pour les habitants du Pays des Ecrins : si ce n’est pas votre cas, demandez plus de précisions auprès du service Environnement de votre collectivité qui saura vous renseigner.

Que peut-on faire pour nos déchets ?

L’impact positif le plus direct que nous pouvons avoir sur l’environnement est de produire moins de déchets, qui n’iront pas grossir les décharges ou ne devront pas être détruits après utilisation. L’utilisation de sacs réutilisables pour les courses, déjà pratiquée par une grande partie des habitants du canton, en est un très bon exemple car il permet d’éviter de rejeter des tonnes de plastique dans la nature. De même, un bon réflexe à prendre est d’éviter l’achat de produits alimentaires en portions individuelles : en effet, les emballages individuels, qui ne sont pas indispensables au produit, sont autant de déchets supplémentaires que nous allons jeter.

On peut aussi éviter de jeter une partie de ses déchets : les déchets organiques, c’est-à-dire la fraction fermentescible des déchets ménagers (déchets verts, alimentaires, ...), peuvent être facilement dégradés par des micro-organismes et transformée en compost. Ainsi, non seulement on jette moins de déchets, mais on fertilise également son jardin gratuitement et sans utiliser d’engrais chimiques !

Attention également à la façon dont vous triez vos déchets ! Cela peut paraître insignifiant, mais lorsque vous recevez un magazine publicitaire sous film plastique et que vous le jetez directement dans une colonne à papier, sans ôter le film d’emballage, votre journal fera partie des refus de tri : il ne pourra pas être recyclé et ira grossir le tas des déchets non valorisables et finira en décharge, ce qui est tout de même un peu dommage ! De même, lorsque vous faites vos courses et que vous rapportez vos provisions dans un carton, n’utilisez pas ce carton comme "sac poubelle" ! En le jetant dans la même poubelle que vos déchets non recyclables, non seulement il ne sera pas recyclé, mais en plus il prend de la place dans le container, ce qui oblige l’équipe de collecte à passer plus souvent le vider.

Les déchets et leur impact sur le traitement de l’eau

- Pas dans l’évier !

Attention à ce que vous jetez dans l’évier !! Les déchets toxiques liquides, comme par exemple l’ammoniaque, l’eau de Javel, le liquide de refroidissement, la soude, etc. Même en faible quantité, ils sont nocifs pour les stations d’épuration car ils détruisent les bactéries épuratrices, ce qui dégradera la qualité du traitement de l’eau. De plus, nos stations ne sont pas conçues pour éliminer de telles substances, ce qui veut dire qu’elles traverseront la filière de traitement et se retrouveront telles quelles dans le milieu naturel. Ces déchets sont acceptés à la déchetterie dans la section DMS (déchets ménagers spéciaux). Dans le cas d’un évier bouché, la ventouse ou l’eau bouillante peuvent souvent vous éviter d’utiliser un déboucheur liquide. Si l’utilisation de ce type de produit est absolument nécessaire, choisissez un produit totalement biodégradable et non toxique plutôt que les produits contenant de la soude et de l’ammoniaque.

D’autres déchets qui posent souvent des problèmes, lorsqu’ils sont rejetés à l’égout, sont les graisses comme le saindoux ou la matière grasse de friture. En effet, si elles peuvent être traitées en station d’épuration, encore faut-il qu’elles y arrivent ! Car ces graisses sont liquides parce qu’elles sont chaudes, mais une fois dans les égouts, où l’eau est froide, elles se solidifient et risquent de former des bouchons. Or, un égout bouché est un égout qui déborde, et par conséquent qui entraînera un déversement d’eaux usées, sans traitement, dans le milieu naturel.

- Ces déchets flottants seraient mieux à la poubelle !

Le dernier point important est de ne pas rejeter à l’égout les lingettes et autres protections hygiéniques. Les premières sont parfois estampillées "biodégradables", ce qui n’est absolument pas le cas dans le laps de temps qu’elles mettront pour rejoindre la station d’épuration. Les secondes ne le sont pas du tout. Et lorsqu’elles arrivent en entrée des stations, elles se coincent dans les grilles, bouchent les pompes, et perturbent le fonctionnement des stations. Pour les hameaux qui ne disposent pas encore d’une station ou au moins d’une fosse de décantation, c’est encore pire : tout est rejeté directement à la rivière, avec la pollution visuelle que cela engendre. Il n’est pas forcément agréable, en se promenant sur les berges de la Durance, de tomber sur ce genre de déchets en attente de décomposition... Ces recommandations sont aussi valables pour les cotons-tige, les préservatifs usagés ou les petits emballages plastiques. Pensez à utiliser la poubelle !

- Comment faire pour protéger l’eau ?

Economisons-la ! Même si dans la plupart de nos communes, les habitations ne sont pas équipées de compteurs, ce n’est pas une raison pour gaspiller l’eau, surtout lorsque cette eau propre est rejetée à l’égout. En effet, les grandes quantités d’eau claire qui arrivent en entrée de station d’épuration sont néfastes pour un traitement efficace des eaux usées car la pollution est trop diluée. On parle alors d’"eaux claires parasites".

- Inutile de rincer !

Les conseils les plus fréquemment donnés sont de prendre une douche plutôt qu’un bain, ne pas laisser l’eau couler quand on se lave les dents, etc. Mais il existe une autre action, très simple, que peu de gens mettent en pratique : il suffit de ne pas nettoyer ses déchets recyclables avant de les trier et de les jeter. Cela ne sert à rien dans la mesure où ces déchets seront soit lavés à nouveau au centre de tri, soit soumis à un traitement pour lequel il n’est pas nécessaire qu’ils soient propres (par exemple, les boîtes de conserve seront refondues pour récupérer l’acier, et lors de cette opération les résidus d’aliments seront tout simplement désintégrés par la chaleur). C’est un gain de temps, mais surtout c’est de l’eau qui ne sera pas salie pour rien.

 Haut de page
Envoyer à un ami